Keivan Djavadzadeh

Docteur en science politique (Cresppa-LabToP / Université Paris 8).

djavadzadeh.keivan@gmail.com

Page personnelle : http://www.cresppa.cnrs.fr/labtop/equipe/les-membres-du-labtop/djavadzadeh-keivan/

Thèse : « Wild Women Don’t Have The Blues. Genre, race et sexualité dans le rap

féminin ».

 

Soutenue le 16 novembre 2017 devant un jury composé de :

 

- Bertrand Guillarme (directeur de thèse)

- Isabelle Garcin- Marrou (rapporteure)

- Karim Hammou (examinateur)

- Frédérique Matonti (rapporteure)

- Tristan Mattelart (président du jury)

 

Lauréat 2014 de la bourse Edouard Glissant

Visiting Research Fellow au département d’Africana Studies, Brown University (RI, US) – 2013-2014

 

Thèmes de recherche

Études sur le genre, la race et l’ethnicité

Sociologie des médias et de la communication

Musiques et cultures populaires

Politiques des industries culturelles

 

Coordination de numéros de revue

  • « Pop et populaire. Politiques du mainstream », Raisons politiques, n° 62, 2016, avec Pierre Raboud.
  •  « Du côté obscur : Féminismes Noirs », Comment S’en Sortir ?, n° 1, printemps 2015, avec Myriam Paris.

 

Articles dans des revues à comité de lecture

  • « The Beyoncé Wars : Beyoncé, les médias et le féminisme hip hop », Le Temps des Médias, (« Féminismes et médias »), 2017.
  • « Les masques noirs des pop stars blanches : Miley Cyrus et les politiques de l’appropriation culturelle », Raisons politiques, vol. 62 (« Pop et populaire »), 2016.
  • « Trouble dans le gangsta-rap : quand des rappeuses s’approprient une esthétique masculine », Genre, Sexualité & Société, n° 13 (« Hégémonie »), 2015.
  • « Colonialité du pouvoir, postcolonialité du rap : l’émergence et la répression d’un rap français structuré autour de la critique postcoloniale dans les années 2000 », The Postcolonialist, « Excitable Speech ? Radical Discourse and the Limits of Freedom », 2015.
  • « Les politiques sexuelles du blues féminin », Hermès, n° 69 (« Sexualités »), 2014 (encadré)
  • « Du déracinement à la commercialisation de la nostalgie du Sud par les race records : le blues comme culture de survie », Volume ! La revue des musiques populaires, vol. 11, n° 1 (« Souvenirs, souvenirs. La nostalgie dans les musiques populaires »), 2014.
  • « Les politiques “Chyennes” du rap féminin hardcore. Autodéfinition et discours contre-hégémoniques dans l’album The Bytches », Recherches Féministes, vol. 27, n° 1 (« Femmes extrêmes »), 2014.
  •  « Blacking Up : Une histoire du rock au prisme du blackface », Transatlantica, 2013/2.

 

Chapitres dans des ouvrages collectifs

  • « Patricia Hill Collins : l’autodéfinition contre les images performatives », in Maxime Cervulle, Nelly Quemener et Florian Voros (dir.), Matérialismes, culture et communication, vol. 2, Paris, Presses des mines, 2016.

 

Notices dans des dictionnaires et encyclopédies

  • Entrée « Culture populaire »,  in Juliette Rennes (dir.), Encyclopédie Corps, genre et sexualité, Paris, La Découverte, 2016.