«

»

fév 19 2014

M1 – Analyse des politiques publiques – cours d’A. Mariette

OBJECTIF DU COURS & MODALITÉS D’ÉVALUATION

 

Objectifs du cours : connaissance des principales approches en analyse des politiques publiques ; acquisition d’éléments de réflexion théorique et d’outils pratiques pour appréhender l’action publique.

Ce cours explore les conditions de la fabrique et de la mise en œuvre de l’action publique. Après avoir présenté les grands principes d’analyse et les principales notions des approches « classiques » des politiques publiques, on s’intéressera dans un premier temps aux différents acteurs (des hauts fonctionnaires aux agents des guichets en passant par les groupes d’intérêt) qui interagissent à différentes échelles (locale, nationale, européenne) dans la production de l’action publique. Dans un second temps, à partir de thématiques variées (« chômage », « quartiers sensibles », « échec scolaire », « politique culturelle », « politique de santé », « politique environnementale », etc.), on insistera sur les logiques de construction et de problématisation des « problèmes publics ».

Les étudiant-e-s seront évalué-e-s sur la base de deux travaux (contrôle continu) et d’un examen sur table à la fin du semestre (contrôle terminal).

- Un exposé oral de 20 mn par groupe de 2 étudiant-e-s en lien avec le cours(cf. plan de cours pages suivantes) :

pour préparer ce travail, vous aurez à étudier deux textes de la brochure qui serviront de support à l’exposé (l’exposé donnera à voir la problématique, les hypothèses de recherche, la méthodologie et la logique argumentative des textes présentés tout en intégrant une mise en perspective critique). Vous devrez réaliser des recherches bibliographiques et documentaires en lien avec ces textes. L’exposé comprendra un titre, une problématique en lien avec le thème de la séance, un plan en 2 ou 3 parties, une conclusion et une bibliographie. L’exposé intégralement rédigé à l’écrit sera rendu le jour même (15 000 signes espaces compris, soit environ 5 pages maximum).

- Un examen sur table à mi-semestre (séance 6, 21 mars, 9h-11h) :

vous aurez deux heures pour répondre à trois questions en lien avec les thèmes abordés dans la 1ère partie.

- Un examen sur table final (séance 13, 23 mai, 9h-12h) :

vous aurez trois heures pour composer. Un sujet au choix (commentaire de texte ou de document ou dissertation) sera proposé, en lien avec les thèmes abordés en cours.

 

PLAN DE COURS

 

INTRODUCTION - De l’analyse des politiques publiques à la sociologie de l’action publique (séance 1, 21 février)

Texte en cours :

Cyril LEMIEUX, « À qui peut-on se fier en matière de sécurité sanitaire des aliments ? », La sociologie sur le vif, Paris, Presses des Mines, 2012, p. 219-221.

 

I- QUI ET COMMENT SE FABRIQUE L’ACTION PUBLIQUE ? ACTEURS & CONFIGURATIONS

 

A- ÉLITES POLITIQUES ET ADMINISTRATIVES : SOCIOLOGIE DES « SOMMETS DE L’ÉTAT »

1- Haut fonctionnaires, membres des cabinets, experts : positions, pratiques et représentations (séance 2, 28 février)

Exposé 1 :

- William GENIEYS et Patrick HASSENTEUFEL, « Entre les politiques publiques et la politique : l’émergence d’une “élite du Welfare” ? », Revue française des affaires sociales, n° 4, 2001/4, p. 41-50.

- Sylvain LAURENS, « ”1974″ et la fermeture des frontières. Analyse critique d’une décision érigée en turning-point », Politix, n° 82, 2008/2, p. 69-94.

2- Des systèmes d’interdépendance aux rapports de force : sociologie du champ administratif (séance 3, 7 mars)         

Exposé 2 :

- Pierre BOURDIEU et Rosine CHRISTIN, « La construction du marché. Le champ administratif et la production de la “politique du logement” », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 81-82, mars 1990, p. 65-85.

- Bruno JOBERT, « Une approche dialectique des politiques publiques. L’héritage de L’État en action », Pôle Sud, n° 21, 2004/2, p. 43-54.

 

B- L’ÉTAT EN INTERACTION : LES DYNAMIQUES RELATIONNELLES DE L’ACTION PUBLIQUE

1- Agents subalternes : des fonctions d’exécution à la redéfinition du contenu des politiques publiques (séance 4, date à fixer / semaine du 10 mars)

Exposé 3 :

- Delphine SERRE, « Les assistantes sociales face à leur mandat de surveillance des familles. Des professionnelles divisées », Déviance et société, vol. 34, 2010/2, p. 149-162.

- Alexis SPIRE, « La domestication de l’impôt par les classes dominantes », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 190, 2011/5, p. 58-71.

2- Les groupes d’intérêt dans la co-production de l’action publique : du local au transnational (séance 5, 14 mars)

Exposé 4 :

- Hélène MICHEL, « Le droit comme registre d’européisation d’un groupe d’intérêt. La défense des propriétaires et la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne », Politique européenne, n° 6, printemps 2002, p. 19-42.

- Gwenola LE NAOUR, « Entrer dans l’action publique en la contestant. Quand la cause des usagers de drogues devient soluble dans la politique marseillaise de lutte contre le sida et la toxicomanie », Politix, n° 70, 2005/2, p. 9-28.

 

CONCLUSION de la 1ère PARTIE – Questions de méthode (séance 5, 14 mars)

Exposé 5 :

- Nicolas BELORGEY, « De l’hôpital à l’État : le regard ethnographique au chevet de l’action publique », Gouvernement et action publique, n° 2, 2012/2, p. 11-40.

- Patrick HASSENTEUFEL, « De la comparaison internationale à la comparaison transnationale. Les déplacements de la construction d’objets comparatifs en matière de politiques publiques », Revue française de science politique, vol. 55, 2005/1, p. 113-132.

 

EXAMEN SUR TABLE À MI-SEMESTRE (séance 6, 21 mars)

 

II- LÉGITIMATION DE L’ACTION PUBLIQUE & MODES DE GOUVERNEMENT

 

A- CONSTRUCTION & POLITISATION DES « PROBLÈMES »

1- Comment un problème devient-il public ? (séance 7, 28 mars)

Exposé 6 :

- Herbert BLUMER, « Les problèmes sociaux comme comportements collectifs » (traduction de « Social Problems as Collective Behavior », Social Problems, 18 (3), 1971, par Laurent RIOT), Politix, vol. 17, n° 67, 3ème trimestre 2004, p. 185-199.

- Joseph GUSFIELD, « L’organisation de la conscience publique », La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique (traduction de The Culture of Public Problems. Drinking-Driving and the Symbolic order, Chicago, University of Chicago, 1981), Paris, Économica, 2009, p. 29-54.

2- Comment un problème devient-il politique ? (séance 8, date à fixer / semaine du 31 mars)

Exposé 7 :

- Emmanuel HENRY, « Quand l’action publique devient nécessaire : qu’a signifié “résoudre” la crise de l’amiante ? », Revue française de science politique, vol. 54, n° 2, 2004, p. 289-314.

- Pierre LASCOUMES, « La gestion publique de l’environnement », L’éco-pouvoir. Environnements et politiques, Paris, La Découverte, 1994, p. 97-110.

 

B- INSTITUTIONNALISATION DES POLITIQUES & LÉGITIMATION DES DOMAINES D’INTERVENTION PUBLIQUE (séance 9, 4 avril)

1- De la genèse des catégories d’intervention publique… 

2- … à la mise en forme institutionnelle du social

Exposé 8 :

- Wilfried LIGNIER, « La cause de l’intelligence. Comment la supériorité intellectuelle enfantine est devenue une catégorie de l’action publique d’éducation en France (1971-2005) », Politix, n° 94, 2011/2,
p. 179-201.

- Sylvie TISSOT, « Identifier ou décrire les “quartiers sensibles” ? Le recours aux indicateurs statistiques dans la politique de la ville », Genèses, n° 54, 2004/1, p. 90-111.

 

C- RENOUVELLEMENT DES PRATIQUES DE GOUVERNEMENT

1- Le New Public Management : privatisation de l’action publique ou renforcement du contrôle politique ? (séance 10, 11 avril)

Exposé 9 :

- Sylvie AEBISCHER, « Réinventer l’école, réinventer l’administration. Une loi pédagogique et managériale au prisme de ses producteurs », Politix, n° 98, 2012/2, p. 57-83.

- Frédéric PIERRU, « Le mandarin, le gestionnaire et le consultant », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 194, 2012/4, p. 32-51.

2- Gouverner par les instruments, l’expertise et la communication (séance 11, 2 mai)

Exposé 10 :

- Isabelle BRUNO, « Y-a-t-il un pilote dans l’Union ? Tableaux de bord, indicateurs, cibles chiffrées : les balises de la décision »,Politix, n° 82, 2008/2, p. 95-117.

- Pauline RAVINET, « La coordination européenne “à la bolognaise”. Réflexions sur l’instrumentation de l’espace européen d’enseignement supérieur », Revue française de science politique, vol. 61, 2011/1,
p. 23-49.

 

CONCLUSION & RÉVISIONS POUR LE PARTIEL (séance 12, 9 mai)

Mariette-Analyse des pol pu-2013-2014-plan cours