«

»

oct 14 2016

Séminaire méthodologique “Corps, culture et politique” – M2 – Audrey Mariette

Présentation du séminaire :

Si l’étude des corps semble d’abord être le monopole des sciences médicales, elle est aussi l’objet d’une tradition d’étude dans les sciences sociales – dont la science politique – particulièrement intéressante pour aborder de nombreuses questions méthodologiques : le corps humain y est alors appréhendé comme un fait social, une fabrication culturelle et politique.

À partir de travaux qui abordent les corps comme enjeu politique (gestion et discipline des corps), enjeu contestataire (le corps manifestant), enjeu d’action publique (les politiques publiques de santé), enjeu professionnel (la marchandisation des corps), enjeu de représentations artistiques et culturelles (la mise en scène des corps), enjeu de rapports sociaux (sexe, race, classe), ce séminaire méthodologique s’attachera à étudier la manière dont on peut enquêter sur les rapports de domination et/ou de pouvoir et les différentes formes d’inégalités.

Destiné aux étudiant-e-s de Master 2 de Science politique, Parcours « Diversités, discriminations et représentations », il reposera sur l’étude de travaux de chercheur-e-s de différentes disciplines des sciences sociales et la manière dont ils articulent les trois dimensions « corps, culture et politique », à partir de quels concepts et cadres théoriques et avec quelles difficultés méthodologiques.

 

Déroulement des séances :

Cinq des douze séances seront basées sur l’intervention de chercheur-e-s (trois séances dans le cadre de ce séminaire méthodologique et deux séances dans le cadre du séminaire Santé, inégalités sociales et rapports de domination). Les étudiant-e-s auront en charge la préparation et l’animation des séances (tou-te-s les étudiant-e-s doivent lire le texte de la séance, cf. brochure / lecture d’un texte au choix quand deux textes sont proposés).

Le séminaire se déroulera les mercredis de 9h à 12h à l’université Paris 8 en salle B034. Les deux séances du séminaire Santé, inégalités sociales et rapports de domination auront lieu les mercredis 16 novembre et 14 décembre de 10h à 12h30 au Centre CNRS Pouchet en salle 159 (59-61 rue Pouchet, Paris 17ème / métro Guy Moquet, ligne 13).

Pour les trois séances à Paris 8 en présence de chercheuses, la première heure (9h-10h) sera consacrée à une introduction et une discussion préparatoire avec les étudiant-e-s. La séance avec les intervenantes débutera à 10h ; les deux étudiant-e-s en charge de la séance animeront la séance (introduction avec présentation de la chercheuse invitée, discussion post-intervention), le temps restant sera consacré à un échange général entre l’ensemble des participant-e-s.


PROGRAMME

Séance 1. Introduction générale. Construction d’objet & étapes de la recherche : la maladie comme fait social, la santé comme vecteur de politisation (28 septembre)

Texte lu pendant la séance :

Muriel Darmon, « Introduction », Devenir anorexique. Une approche sociologique, Paris, La Découverte, 2008 [2003], p. 7-16.

 

Séance 2. Construction d’objet & rupture avec les prénotions : corps, déviance & action publique (5 octobre)

Texte au choix (à lire avant la séance) :

Préparation 1 : Mathias Millet et Daniel Thin, « Le classement par corps. Les écarts au corps scolaire comme indice de “déviance” scolaire », Sociétés et jeunesses en difficulté, n° 3, avril 2007, http://sejed.revues.org/

Préparation 2 : Delphine Serre, « Le bébé superbe. La construction de la déviance corporelle par les professionnel(le)s de la petite enfance », Sociétés contemporaines, n° 31, 1998,
p. 107-127.

 

Séance 3. Usages de la comparaison et nécessité de la contextualisation dans la recherche : sports et construction sociale des corps (12 octobre)

Texte au choix (à lire avant la séance) :

Préparation 3 : Christine Mennesson, « Être une femme dans un sport “masculin”. Modes de socialisation et construction des dispositions sexuées », Sociétés contemporaines, n° 55, 2004/3, p. 69-90.

Préparation 4 : Manuel Schotté, « Chapitre 3. Le sens de la course », La construction du « talent ». Sociologie de la domination des coureurs marocains, Paris, Raisons d’agir, 2012, p. 73-103.

 

Séance 4. Mobiliser un cadre théorique et administrer des preuves : le gouvernement des conduites (19 octobreséance en présence de l’auteure)

Texte (à lire avant la séance) :

* Préparation 5 : Dominique Memmi, « Une discrète naturalisation de la maternité : le for intérieur féminin face aux aléas de la reproduction », article à paraître dans Sociologie.

 

Semaine de pause pédagogique

 

Séance 5. Croiser méthodes quantitatives et qualitatives, administrer des preuves : corps, résistances et mobilisations collectives (2 novembre)

Texte (à lire avant la séance) :

Préparation 6 : Johanna Siméant, « L’efficacité des corps souffrants. Le recours aux grèves de la faim en France », Sociétés contemporaines, n° 31, 1998, p. 59-85.

 

Séance 6. Analyser les rapports sociaux de classe, de sexe, de race : féminités et masculinités en milieux populaires (9 novembre)

Texte au choix (à lire avant la séance) :

Préparation 7 : Christelle Avril, « Chapitre V. Une conception du travail acceptable », Les aides à domicile. Un autre monde populaire, Paris, La Dispute, 2014, p. 131-144.

Préparation 8 : Akim Oualhaci, « Faire de la boxe thaï en banlieue : entre masculinité “populaire” et masculinité “respectable” », Terrains & travaux, n° 27, 2015/2, p. 117-131.

 

Séance 7. Se positionner dans la littérature existante : inégalités sociales et système de santé (16 novembre – séance à Pouchet, 10h-12h30)

Séance introductive du séminaire du CSU Santé, inégalités sociales et rapports de domination par Maud Gelly, Audrey Mariette et Laure Pitti.

Texte (à lire avant la séance) :

Maud Gelly et Laure Pitti, « Une médecine de classe ? Inégalités sociales, système de santé et pratiques de soins », Agone, n° 58, 2016, p. 7-17.

 

Séance 8. L’attention aux mots et aux catégories : contrôle des corps et rapports de domination (23 novembre – séance en présence de l’auteure)

Texte (à lire avant la séance) :

* Préparation 9 : Gwénaëlle Mainsant, « Contrôle policier et définitions de la prostitution », Ethnologie française, vol. 43, 2013/3, p. 485-493.

 

Séance 9. Usages de données quantitatives et objectivation des inégalités sociales : l’action publique face aux « prises de risques » (30 novembre)

Texte (à lire avant la séance) :

Préparation 10 : Matthieu Grossetête, « L’enracinement social de la mortalité routière », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 184, 2010/4, p. 38-57.

Document lu pendant la séance :

Thibaut de Saint Pol, « L’obésité en France : les écarts entre catégories sociales s’accroissent », INSEE Première, n° 1123, février 2007.

 

Séance 10. Prendre en compte la relation d’enquête : le genre dans les mondes de l’art (7 décembre – séance en présence de l’auteure)

Texte (à lire avant la séance) :

* Préparation 11 : Marie Buscatto, « Femme dans un monde d’hommes musiciens. Des usages épistémologiques du “genre” de l’ethnographe », Volume !, n° 4, 2005/1, p. 77-93.

 

Séance 11. Analyser l’action publique par le haut : experts et politiques publiques face aux inégalités sociales de santé (14 décembre – séance à Pouchet, 10h-12h30, en présence de l’auteur)

Séance du séminaire du CSU Santé, inégalités sociales et rapports de domination avec Emmanuel Henry.

Texte (à lire avant la séance) :

Emmanuel Henry, « Militer pour le statu quo. Le Comité permanent amiante ou l’impression réussie d’un consensus », Politix, n° 70, 2005/2, p. 29-50.

NB : le texte de la communication sera communiqué aux étudiant-e-s ultérieurement.

 

Semaines de vacances

 

Séance 12. La mise en scène des corps comme objet d’analyse. Conclusion du séminaire (4 janvier)

Rendu du 3ème devoir.

 

ÉVALUATION

Les étudiant-e-s seront évalué-e-s sur la base de trois travaux :

- 1ère note (par groupe de deux étudiant-e-s) : animation orale d’une des trois séances en présence de chercheuses (séances à Paris 8) ou compte-rendu écrit d’une des cinq séances en présence de chercheur-e-s (séances à Paris 8 et à Pouchet)  

(15 000 signes, 5 pages environ)

La préparation de l’animation orale d’une des trois séances en présence de chercheuses (séances à Paris 8)  comprend : une introduction avec présentation de la chercheuse invitée et de ses travaux en lien avec les questions de méthode et la thématique de la séance (5 mn) ; une discussion du travail scientifique de l’invitée après son intervention (20 mn). NB : la préparation de la séance doit être faite à l’écrit et vous rendrez la version écrite en fin de séance.

 

Les étudiant-e-s n’animant pas de séance rendront un compte-rendu écrit de l’intervention des chercheur-e-s et de la discussion la semaine suivant le séminaire (sur l’une des cinq séances en présence de chercheur-e-s au choix) : il s’agira de rendre compte de l’intervention et de la discussion (questions posées / réponses faites) et des enjeux thématiques et méthodologiques soulevés à cette occasion.

Dans les deux cas (animation ou CR), il est attendu des étudiant-e-s qu’ils/elles mobilisent au moins une autre référence scientifique, des chercheur-e-s invité-e-s ou d’autres auteur-e-s.

 

- 2ème note (individuelle) : présentation orale ou écrite d’une des cinq séances basées sur des lectures de textes sans intervenant-e-s extérieur-e-s (séances à Paris 8)

(10 000 signes, 3-4 pages environ)

La présentation orale comprend : une présentation et une discussion du texte proposé dans la brochure en lien avec les questions de méthode et la thématique de la séance (10 à 15 mn). NB : la préparation de la séance doit être faite à l’écrit et vous rendrez la version écrite en fin de séance.

Les étudiant-e-s ne passant pas à l’oral rendront leur présentation écrite le jour du séminaire (sur un texte au choix sur l’une des cinq séances).

Dans les deux cas (présentation orale ou écrite), il est là aussi attendu des étudiant-e-s qu’ils/elles mobilisent au moins une autre référence scientifique (de l’auteur-e du texte ou d’un-e autre auteur-e).

 

NB : si vous présentez à l’oral le 1er travail, vous rendrez le 2ème à l’écrit (et inversement) dans la mesure du possible (à savoir si toutes les animations / présentations orales sont pourvues). De manière générale, la participation à l’animation des séances du séminaire sera prise en compte dans l’évaluation.

 

- 3ème note (individuelle) à rendre le 4 janvier : analyse des apports et/ou limites du séminaire en lien avec vos mémoires

(10 000 signes, 3-4 pages).

Il s’agit d’analyser en quoi le séminaire vous a aidés ou non (et pourquoi) pour votre mémoire, du point de vue des thématiques et/ou des questions de méthode abordées. Vous pouvez insister sur une séance et/ou un-e auteur-e en particulier.

 

Concernant le rattrapage : en cas de non-validation du cours (note inférieure à 10/20 et non compensée), un examen oral sera organisé pendant la semaine de rattrapage. Les sujets porteront sur les questions de méthode et les thématiques abordées en cours, en lien avec les textes de la brochure.

 

Adaptation des modalités d’évaluation : les étudiant-e-s salarié-e-s viennent se signaler en début de semestre à l’enseignante (en personne ou par mail) pour convenir de l’aménagement des modalités d’évaluation en fonction de leurs contraintes.